Le catéchisme à la maison : le Sacrement des malades

Durant sa vie sur terre, Jésus-Christ n’a cessé de montrer sa sollicitude envers les malades. Il s’approchait d’eux, les touchait, les guérissait, leur pardonnait leurs péchés, …

Aujourd’hui Jésus-Christ continue de se soucier d’eux, notamment à travers le beau sacrement des malades (ou onction des malades).

Qu’est-ce que le sacrement des malades ?

Le sacrement des malades était souvent autrefois appelé « extrême onction », parce qu’on le donnait aux mourants. Il ne concerne en fait pas que les mourants, mais tout baptisé souffrant d’une maladie grave, ou entrant dans une nouvelle étape de sa maladie. On peut ainsi le recevoir plusieurs fois dans sa vie.

Voici ce qu’en dit le Concile Vatican II (cité dans le Catéchisme de l’Eglise catholique) :

 » Par l’Onction sacrée des malades et la prière des prêtres, c’est l’Église toute entière qui recommande les malades au Seigneur souffrant et glorifié, pour qu’il les soulage et les sauve ; bien mieux, elle les exhorte, en s’associant librement à la passion et à la mort du Christ à apporter leur part pour le bien du peuple de Dieu  »

Ce sacrement est une application de la recommandation de l’apôtre Jacques :

 » L’un de vous est-il malade ? Qu’il fasse appeler les anciens de l’Eglise et qu’ils prient après avoir fait sur lui une onction d’huile au nom du Seigneur. La prière de la foi sauvera le patient; le Seigneur le relèvera et, s’il a des péchés à son actif, il lui sera pardonné.  » (Jc 5,14-15)

Quels sont les effets de ce sacrement ?
un don particulier de l’Esprit Saint pour vivre la maladie : réconfort, paix, confiance en Dieu, force dans les tentations (la maladie est un combat), guérison du corps et/ou de l’âme (d’où le lien avec le sacrement de réconciliation), …
une plus grande union à Jésus-Christ. La maladie rapproche du Christ, car il nous a sauvés par sa Passion. Le sacrement des malades permet de vivre l’épreuve plus uni à Lui, qui s’offre pour le salut du monde.
une communion avec toute l’Eglise : le malade participe à la sanctification de toute l’Eglise.
une préparation au dernier passage : si le malade est en fin de vie (terrestre), le sacrement le prépare à vivre le grand passage de notre vie, vers la Maison du Père.

Témoignages :

Le 4 mars 2020, Nicaise et sa fille Anaïs ont reçu le sacrement des malades.

« J’ai demandé le sacrement des malades parce que je ressentais des douleurs dans mon corps, surtout le dos, depuis plus d’un an. Avec le prêtre, nous en avons parlé ensemble, à partir de la Parole de Dieu. Notamment quand Jésus guérit un aveugle et lui dit : « Prends ton grabat et marche ! » (Evangile de Marc 2,9). A la suite du sacrement, j’ai ressenti une bouffée de chaleur dans la tête et tout mon corps. Une chaleur intense, et depuis je n’ai plus de douleurs. Merci Seigneur. »

Nicaise (50 ans)

« Avant j’avais des problèmes de dos, c’est pour ça qu’en ce moment je fais des séances de kiné. Ma mère m’a ramenée à l’église St Joseph pour faire l’onction des malades. J’y suis allée et je m’y suis trop bien amusée. On m’a posé de l’huile bénite sur les mains et sur le front. Dès qu’on m’a mis l’huile sur la peau, j’ai ressenti une émotion. Comme si on me clouait sur la croix. Ca m’a fait tellement mal, j’avais l’impression qu’on m’enlevait toutes mes douleurs. Toutes mes blessures. J’ai eu une explosion d’émotion ; un électrochoc ; incroyable. Une sensation agréable mais en même temps désagréable. Je ne sais même pas comment m’exprimer. Quand on m’a posé l’huile, j’aurais jamais pensé que ça se passerait comme ça. Amazing ! »

Anaïs (11 ans)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*