Des signes d’espérance

Deux temps forts récents ont été des signes d’espérance et méritent d’arrêter notre attention un instant.

Tout d’abord, la réunion annuelle des évêques de France à Lourdes, du 2 au 8 novembre. Lors de cette assemblée, tenue 1 mois après la remise du rapport accablant de la CIASE sur les abus sexuels dans l’Eglise et leur mauvaise gestion, des choses importantes se sont passées. Les évêques ont officiellement « reconnu [leur] responsabilité institutionnelle et décidé d’engager un chemin de reconnaissance et de réparation ouvrant pour les personnes victimes la possibilité d’une médiation et d’une indemnisation »*. Il y a eu un temps mémoriel et pénitentiel fort, et une série de mesures importantes ont été prises. Ce chemin engagé est un signe d’espérance, parce qu’il est celui de la recherche de la vérité, de l’humilité, de l’abaissement, celui d’une plus grande fidélité à Jésus-Christ, qui fait passer par la mort pour parvenir à la vie renouvelée. Un 1er fruit qui le montre déjà est celui du sentiment de libération exprimé par le président de la Conférence des Evêques de France : « Cette décision, permettez-moi de le dire, est pour nous tous une libération ».*

Un autre événement signe d’espérance est l’anniversaire du Rocher. Cette association, dont la mission répond à la crise sociale des quartiers (et dont l’antenne parisienne est sur la paroisse), vient de fêter ses 20 ans. Durant 3 jours, des familles, des jeunes, des vieux, des blancs, des noirs, des riches, des pauvres, des membres de l’association de toute la France, se sont retrouvés pas loin d’ici, à Pantin, pour célébrer 20 ans de construction de ponts et de tissage de liens entre des personnes, des quartiers, des milieux sociaux différents. L’émotion et la joie ont été au rendez-vous et des témoignages bouleversants ont montré que la fraternité, qui ose voir plus loin que la différence était possible. Elle est sans doute aussi ce dont notre cœur a profondément soif.

Nous allons bientôt fêter le Christ Roi de l’univers (21 nov). Nous entendrons dans l’Evangile Jésus nous dire :

Moi, je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci :
rendre témoignage à la vérité.
Quiconque appartient à la vérité
écoute ma voix.

Père Benoit Leclerc

*discours de clôture

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*