Révision des lois de bioéthique

Mgr Aupetit s’élève contre le retour du projet de loi bioéthique à l’Assemblée

En France, les députés ont commencé lundi 29 juin l’examen en deuxième lecture du projet de loi de bioéthique, qui ouvre l’accès à la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et aux femmes seules. Dans une tribune parue dans Le Figaro, l’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit, dénonce un «projet injuste et inégalitaire» que le gouvernement semble considérer comme une priorité alors que le pays sort de trois mois de confinement… (Vatican News)

Lire la suite


Lettre de Monseigneur Marc Aillet à propos du projet de loi bioéthique

Chers diocésains,

Le projet de loi bioéthique, présenté en Conseil des ministres en juillet dernier et adopté il y a quelques jours en commission spéciale, sera débattu à l’Assemblée nationale à partir du 24 septembre.

 Les évêques de France se sont exprimés à plusieurs reprises pour alerter le gouvernement, les parlementaires, les fidèles de l’Eglise catholique et l’opinion publique sur les graves enjeux soulevés par ce projet de loi… (site du diocèse de Bayonne)

Lire la suite


Livret bioéthique “Comprendre les enjeux de la révision des lois bioéthiques”

Le groupe de travail bioéthique de la Conférence des Évêques de France a rédigé une série de fiches thématiques disponibles sur le site eglisebioethique.fr

Afin de rendre encore plus accessible ce contenu, le diocèse de Paris a rédigé une version synthétique de chacune de ces fiches.

Ces livrets sont disponibles à l’entrée de l’église.

L’ensemble des fiches (synthétiques et complètes) sont accessibles dans un espace dédié


Pétition, manifestations

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
MANIFESTATIONS PARTOUT EN FRANCE LE 10 OCTOBRE POUR LE RETRAIT DU PROJET DE LOI BIOÉTHIQUE
(PMA sans père-GPA, filiation fictive, embryons transgéniques, chimères…)

Rassemblés sous le label « Marchons Enfants », le mouvement associatif unitaire appelle à la poursuite de la mobilisation contre un projet de loi ni bio, ni éthique. Examiné en 2e lecture par les députés au milieu de l’été en catimini, ce texte est une injustice pour les enfants qui seraient volontairement privés de père à travers la PMA sans père et sans motif médical. D’autres mesures témoignent des dérives d’un processus législatif qui part à la dérive, sans capitaine à la barre. Le gouvernement a d’ailleurs brillé par son absence lors de la deuxième lecture à l’Assemblée nationale, aussi bien en commission spéciale qu’en séance publique.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*