Petits déjeuners pour les gens de la rue

Au même titre que de nombreux acteurs de la solidarité, nous sommes confrontés en cette période de pandémie du COVID 19 à l’injonction de l’État au confinement, mais aussi à la nécessité de s’occuper des personnes fragiles.

D’une part, nous devons participer à l’effort national pour freiner et juguler la diffusion du virus et, pour cela, respecter les règles de salubrité et les consignes sanitaires tout en limitant au strict nécessaire nos interactions sociales. Suivre cette ligne de conduite est un impératif sanitaire et citoyen.

Les personnes de la rue en particulier vivent déjà dans la détresse et l’isolement. Certaines sont ignorantes de la situation ou des risques sanitaires, n’ont pas les informations pour s’inquiéter de symptômes nécessitant une hospitalisation ou même savoir où se nourrir. Se tourner vers les plus faibles est donc aussi une nécessité citoyenne autant qu’une demande de notre conscience soucieuse de la vie de toute personne, de l’amour inconditionnel attentif à tous, spécialement aux plus faibles.

Faute de pouvoir, en l’état actuel de la situation, concilier ces 2 impératifs, nous avons dû suspendre notre service des maraudes. Pourtant la chose nous semble claire : nous ne pouvons laisser à la rue des personnes mourir seules du coronavirus car on aurait cessé de les visiter. 

Pour continuer notre mission tout en participant activement à la lutte contre le virus nous sommes en pourparlers pour nous adosser à une association ayant les moyens administratifs et logistiques (autorisations, masques, gel, gants…). De cette façon, d’ici une semaine, le service pourra sans doute reprendre.

Nous proposons que les bénévoles – majeurs, de moins de 60 ans et en bonne santé – qui le souhaitent nous informent de leur disponibilité pour ce service.

Notre configuration habituelle (parcours, jour et/ou horaires, distribution de denrées ?…) sera-t-elle amenée à s’adapter momentanément. De même, nos activités devront impérativement se conduire dans le strict respect des gestes barrières et des règles sanitaires diffusées par les autorités.

Nous savons pouvoir compter sur votre soutien et avec tous, nous souhaitons que cette crise voie sa fin au plus vite et qu’elle soit aussi une occasion de vivre ensemble de façon plus fraternelle et solidaire.

Nous nous tenons à votre disposition pour toute question (emmwantz@me.com).


Rendez-vous à 8h15 à la salle Notre-Dame, dans la cour du 214 rue La Fayette pour partir à 8h30.

Avec l’hiver, le froid rend plus difficile à supporter le manque de logement.

Le dimanche matin, nous allons à la rencontre des gens de la rue en leur portant un petit déjeuner.

C’est peu de chose. Mais un café chaud après une nuit d’hiver est un soutien. Une rencontre avec une personne alors que tout le monde vous ignore est sans prix.

Ce service manque de bénévoles. Nous avons besoin de vous.

Tous les dimanches de novembre à mars, rendez-vous à 8h15 salle saint Joseph.

 

214, rue La Fayette – Paris 10e