Le Rocher qui fait vivre

« Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n’en restera pas pierre sur pierre »

Certaines pierres du Temple de Jérusalem sont véritablement monumentales. Selon certaines estimations, l’une des pierres de fondation encore en place ferait plus de 500 tonnes ! On comprend que les disciples de Jésus soient en admiration devant l’édifice (Evangile de dimanche). Et que la réaction de Jésus puisse surprendre : « Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n’en restera pas pierre sur pierre ». De fait, quelques années plus tard, le Temple sera détruit par l’armée romaine de Titus lors du siège de Jérusalem (vers l’an 70).

Nous aussi, nous pouvons être en admiration devant certaines églises, qui sont de véritables chefs d’œuvres ! Mais nous ne devons jamais oublier que toute leur valeur vient de l’Hôte dont elles sont la demeure. C’est ce qu’avait bien compris l’aumônier des pompiers qui risqua sa vie pour sauver le St Sacrement dans Notre-Dame en feu le 15 avril dernier. La beauté architecturale, qui passera, ne doit pas nous détourner de Celui qui est au-dessus de tout, à qui revient la Majesté pour l’éternité ! Elle doit bien plutôt nous tourner vers Lui, élever notre regard et notre cœur vers notre Dieu si grand et si bon !

C’est la raison pour laquelle, comme le faisait remarquer notre archevêque au lendemain de l’incendie qui a ravagé Notre-Dame de Paris, certaines statues sur le toit sont invisibles de la terre. Elles n’ont pas été faites pour être vues des hommes, mais de Dieu ! Qu’elles sont belles les œuvres qui ne sont destinées qu’à plaire à Dieu ! Ces œuvres-là embellissent les pierres vivantes que nous sommes, pour construire ce Temple qui ne sera pas détruit, le Corps du Christ. Puissent nos âmes être plus belles et plus propres encore que nos églises, pour que le Roi des rois vienne y demeurer avec plaisir.

Père Benoît Leclerc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*