Toutankhamon ou la peur des dieux

Le tombeau de Toutânkhamon attire les foules à la grande halle de la porte de Pantin. L’exposition est magnifique. Les objets exposés sont dignes d’un roi et dans un état de conservation stupéfiant.

Ces objets funéraires révèlent la spiritualité égyptienne telle qu’elle existait il y a 3300 ans, alors que les hébreux habitaient le pays, peu de temps avant Moïse. Ils nous font percevoir le milieu d’où le Seigneur les a libérés. 

Ils révèlent une peur : celle de l’au-delà et des dieux qui devaient le peupler. Peur d’un monde inconnu où l’âme pénètre après sa mort. Un monde avec ses dangers, ses pièges et ses épreuves, impossibles à affronter sans en avoir une connaissance ésotérique précise ainsi que celle des formules magiques permettant de se concilier ses forces ou de les contrôler. 

C’est le témoignage royal d’une façon d’appréhender l’au-delà répandue à l’époque sur toute la planète et qui a tendance à refaire surface depuis environ 150 ans dans l’occultisme et l’ésotérisme. 

En contre point, on se rend compte de la dimension spirituelle de la libération d’Egypte. Ce n’est pas seulement la libération sociale d’un peuple voué à l’esclavage et à la mort, mais aussi sa libération spirituelle. Dans sa sortie d’Egypte, Dieu se révèle tout autre : proche des hommes. Il voit leurs souffrances et intervient en leur faveur. Il n’y a pas besoin de se le concilier. Il est déjà pour nous. Malgré la magnificence de la civilisation égyptienne antique cette expérience va créer la base d’une civilisation supérieure, car l’homme se comporte d’après ce qu’il sait ou croit savoir. L’histoire est en marche.

Nous allons vers Pâques et nous célébrerons à nouveau la résurrection du Christ et la libération du péché et de la mort, préfigurées par la sortie d’Egypte. Tenons toujours plus fermement à la Révélation pour que les libérations du mal dont notre monde à besoin se produisent.

Père Jean-Pierre Durand

Une réflexion sur « Toutankhamon ou la peur des dieux »

  1. Merci pour ce commentaire. C est un parallele très intéressant auquel on ne pense pas et qui permet en effet de mieux comprendre ce contexte très particulier dans lequel vivaient les hébreux, et qui éclaire certains passages de la bible. ( le veau d or etc..)
    Grand merci et bonne soirée
    Dominique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*