Viva la vie consacrée !

Si on demande à un enfant : « qu’est-ce que l’on fête à la Chandeleur ? », la réponse qui suivra immédiatement sera : « On fête les crêpes ! » En fait, au-delà de la tradition populaire, il s’agit de la fête de la Présentation de l’Enfant-Jésus au Temple 40 jours par ses parents après sa naissance, donc le 2 février. Marie et Joseph respectèrent la prescription juive qui demandait que « tout premier-né mâle soit consacré au Seigneur » (Ex 13,2.11-13). C’est ce jour-là qu’un vieillard, Syméon, poussé par l’Esprit Saint, prophétisa que cet enfant était le salut, la lumière des nations et la gloire pour Israël (Lc 2,30-32). La fête s’appelle la chandeleur parce qu’on y bénit et allume les chandelles lors de la messe pour se rappeler que Jésus est bien notre lumière, « la lumière qui brille dans les ténèbres et que les ténèbres n’ont pas saisi » (Jean 1,5).

Jean-Paul II en 1997 décida d’instaurer le même jour une fête pour les personnes consacrées à Dieu : prêtres, religieux, religieuses, vierges et frères consacrés. Ces personnes ont tellement été bouleversées par la personne du Christ qu’elles ont décidé de l’imiter dans le don de lui-même pour répandre dans le monde son salut. Comme il s’est  livré par amour de Dieu son Père et des hommes jusqu’à l’offrande suprême de la Croix, elles veulent se donner à Lui et tout abonner pour marcher à sa suite. Nous pouvons à cette occasion faire mémoire de toutes les personnes consacrées qui, au cours de notre existence, nous ont montré le chemin de Dieu et sa beauté. On ne mesure pas la richesse de la ville de Paris qui regorge de personnes consacrées à Dieu. Rien que sur le territoire de la paroisse St Joseph, quatre communautés religieuses y résident : les Servantes des pauvres d’Angers qui comptent 10 sœurs qui prient et servent les personnes malades ou fragiles à domicile ou dans leur dispensaire sur le quai Valmy ; les Sœurs de Jésus-Marie qui s’occupent d’un foyer de jeunes étudiantes rue Parodi ; les sœurs de la communauté de Saint-Jean qui prient et servent le Seigneur dans leur travail séculier ; les sœurs de la communauté Aïn Karem qui animent la paroisse Ste Claire d’Assise (Paris XIXè).

Rendons grâce à Dieu pour ces vies données pour apporter au monde la lumière du Christ !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*