Jésus change l’eau en vin

A Cana, Jésus accomplit le premier des signes par lesquels il sera reconnu comme le Messie.

D’anciennes traditions juives, qui avaient cours au temps de Jésus, disaient que Dieu, à la suite de la création du monde en 6 jours, avait gardé en réserve du vin pour le jour de la venue du Messie. Ce jour où, après avoir tout créé, il faut que Dieu vienne tout sauver, tout sanctifier, tout vivifier de sa vie. Opérer ce saut qui permet non plus simplement de vivre, voire de survivre, mais de vivre pleinement. Passer de l’hiver au printemps : une vie nouvelle. En changeant l’eau en vin, à Cana, Jésus affirme que ces temps nouveaux sont arrivés.

« Aujourd’hui, affirme le Christ, ce passage de l’Ecriture s’accomplit ». Dieu ouvre une porte. En commençant une nouvelle année, avec l’évangile de Saint Luc, nous voulons passer cette porte, pour que d’année en année, en mettant en oeuvre l’évangile, le Seigneur nous fasse passer les portes successives jusqu’à l’irruption de ce vin dans nos vies. Comme un approfondissement, en notre coeur, vers ce lieu le plus profond de notre âme où Dieu habite, mais dont l’accès est encombré de tant d’obstacles. Lieu où coule le fleuve d’eau vive, l’Esprit Saint, qui ne demande qu’à jaillir pour tout irriguer, mais qu’il faut désencombrer pour qu’il accède à la surface et irrigue toujours davantage notre vie.

L’Évangile s’ouvre devant nous, en cette nouvelle année, comme une invitation supplémentaire à avancer avec Jésus. Par sa Parole, la sagesse éternelle nous interpelle sur la seule et unique question : l’Esprit Saint anime-t-il notre vie ? L’eau est-elle changée en vin pour nous ? Dans quelle mesure ? Le Seigneur creuse notre soif en même temps qu’il ouvre, par sa Parole, les sources de la vie. Puissions-nous nous mettre à son écoute pour la mettre en pratique.

Père Jean-Pierre Durand

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*