Dieu agit aussi chez les autres !

Saint Jean est appelé le disciple bien aimé. Il suit le Christ de tout son coeur, il écoute la parole du maître et tâche de la mettre au mieux en pratique. Il est l’un des apôtres du Christ à qui Jésus a confié une mission extraordinaire : être ses envoyés. Pour cela il a assorti cette mission de dons et charismes tout aussi extraordinaires : chasser les démons, faire des miracles, annoncer la bonne nouvelle…

De même pour le groupe plus large des disciples qui suivent Jésus : ils doivent se dire qu’ils ont de la chance ! Ils font partie de l’embryon d’Eglise qui est en train de naître et qui a pour tête le Seigneur lui-même qui marche, là, devant eux et accompli l’oeuvre de Dieu ! Les pharisiens, les sadducéens, les lévites, semblent dépassés. Dieu est avec eux !

De même pour nous, dans le fait d’appartenir à l’Eglise catholique ou telle communauté particulière.

Mais ils doivent encore apprendre qu’ils ne possèdent aucune exclusivité. Dieu, et ses dons, passent aussi par les autres.

Ce n’est pas facile à comprendre, surtout pour les apôtres. Ils ont tellement reçu ! Mais ils n’ont pas reçu absolument tous les dons. Et pour qu’ils s’en rendent compte, Jésus leur fait vivre peu auparavant un échec : ils ne parviennent pas à chasser le démon d’un enfant. 

Prendre conscience que l’on ne possède pas tous les dons, c’est éviter la toute-puissance et se prendre pour Dieu. C’est avoir besoin des autres, c’est entrer dans l’humilité. Cela est particulièrement important pour chacun de nous. Car l’orgueil spirituel guette les disciples du Christ, et les apôtres en premier lieu, puisqu’ils sont mis au premier plan. Or l’orgueil est ce qui coupe de Dieu le plus sûrement. Comme une enflure de soi-même qui coupe de l’amour vrai des autres, du service des autres. 

Jésus, au contraire, en passant aussi par les autres, ceux auxquels on s’attend le moins, nous oblige à recevoir les uns des autres. Servir les autres, mais aussi recevoir des autres. Cela crée la communauté. Cela crée aussi la richesse d’une communauté : chacun apportant à la communauté le don qui lui a été départi et profitant aussi des dons que Dieu a départi aux autres. 

Cela met chacun de nous à sa juste place : un serviteur de la grâce de Dieu pour les autres.

Père Jean-Pierre Durand

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*