Une retraite pour le carême

La retraite « disciple missionnaire ».

C’EST LE COEUR DE JÉSUS dont les apôtres ont besoin. La bonne volonté et l’action sont en effet au service du Règne de Dieu qui est union au Christ. Elle est donc l’oeuvre de Dieu qui se révèle aux personnes et les sanctifie pour vivre en elles.

Durant ce temps de carême, quel meilleur effort de conversion que de vouloir accueillir le Coeur du Christ qui aime, qui désire, qui veut le salut de tout homme ? Entrer dans ses desseins, se laisser pénétrer par sa sagesse, n’est-ce pas ce qu’Il souhaite pour chacun de nous ?

L’histoire de l’évangélisation commence au terme du mystère pascal, le jour de la Pentecôte où les apôtres sortirent pour annoncer la Bonne Nouvelle. Il ne leur donnait pas seulement de l’audace, il leur donnait de parler la langue des hommes, celle qui est comprise universellement : la langue du coeur, lui qui connaît le fond des coeurs. Leurs auditeurs eurent le « coeur bouleversé » (Actes 2, 37).

L’Esprit Saint n’avait pas fait des apôtres des conquérants mais il avait changé leur coeur.  Désormais, leur langue était de feu. Elle portait le feu de l’Amour de Dieu qui brillait sur la face du Christ et éclairait désormais leur visage. Or l’Amour est le plus grand conquérant. Il veut toujours investir de nouvelles personnes. Comme des brindilles dans un brasier, Il embrase les coeurs les plus secs et les plus éloignés.

Nous avons déjà reçu cette grâce et il nous faut toujours la recevoir davantage. Nous la demanderons durant cette retraite. Dans le silence, la paix et l’humilié, qu’il nous apprenne à aimer comme il aime.

Père Jean-Pierre Durand

En savoir plus sur la retraite

note-de-musiqueJésus, toi qui as promis d’envoyer l’Esprit à ceux qui te prient

Ô Dieu, pour porter au monde ton feu, voici l’offrande de nos vies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*