temps

Prendre le temps

Au milieu de la sur-activité de cette fin d’année, entre les impératifs professionnels et familiaux de la préparation des fêtes de fin d’année, entendrons-nous la voix de S. Jean-Baptiste nous interpeler dans les deux passages d’évangile que nous lirons ? « Voix de celui qui crie dans le désert : ‘Préparez le chemin du Seigneur’… Voici venir derrière moi celui qui est plus fort que moi ».

Nous comprenons l’avent comme un temps de préparation à la fête de Noël, mais c’est aussi un temps où nous méditons sur l’accomplissement de toute chose dans le Christ.  C’est pourquoi Saint Jean-Baptiste proclame la conversion et désigne le Messie. Il indique la direction et le moyen de parvenir au but. Car le Seigneur vient ! Nous fêterons son premier avènement lors de la fête de la Nativité, le 25 décembre, mais il vient aussi maintenant. Et ultimement, il viendra dans sa gloire. Nous le verrons face à face.

Comment faisons-nous de ce précieux temps de préparation qu’est le temps de l’avent un temps de préparation à la rencontre du Christ ici et maintenant ? Le Christ nous cherche, il veut nous rencontrer. Prenons le temps de nous laisser rejoindre. Habitons les gestes que nous faisons : que ce soit de poser un santon dans une crèche, ou d’acheter quelque chose pour les fêtes. Savoir les poser en prenant conscience de ce qu’ils représentent, du but qui les sous-tend, du symbole… Un personnage dans une crèche ; un cadeau pour un être aimé ; une invitation… N’est-ce pas le Christ qui pose en nous ces actes ? Il est là, plus près de nous que nous ne le pensons.

Sauf si la précipitation et la frénésie nous empêchent de le rejoindre. Car le mal de notre temps : « Je n’ai pas le temps ! » fait que l’on se dépêche.

« Le temps est l’image mobile de l’éternité immobile » (Platon). Mais l’éternité n’est pas immobile. Le Seigneur vient.

Père Jean-Pierre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*