pere

Du changement dans la prière du Notre Père

Le 12 juillet 2013, le Vatican a approuvé une nouvelle traduction française de la prière du Notre Père. Le changement concerne uniquement sa sixième demande. Il sera effectif à partir du 3 décembre 2017, le prem ier dimanche de l’Avent, 1er jour de la nouvelle année liturgique. La formule « Ne nous soumets pas à la tentation » sera remplacée par « Ne nous laisse pas entrer en tentation » . Elle était selon le Cardinal Lustiger « maladroite en français mais proche du texte grec » (Jean – Marie Lustiger, Prier avec Jésus , 2013, Ad Solem , p. 103 ) . Le problème qu’elle pose, c’est qu’elle fait croire qu e Dieu entraine l’homme à chuter, à pécher, à tomber dans la tentation du Démon. Or, c’est bien le contraire qu’il cherche ! « Dieu ne veut pas qu’un seul de ces petits périssent » (Mt 18,14). Dieu n’exerce aucun rôle positif dans la tentation. Cette objection est tellement naturelle qu’elle se posait déjà, vers l’an 200, à Tertullien, le plus ancien commentateur du Notre Père. Les commentateurs suivants, à travers les siècles, ont tous été gênés par un tel contre-sens théologique présent dans le texte grec évangélique.

C’est la raison pour laquelle la nouvelle traduction liturgique a opté pour ce changement. « Cette nouvelle traduction se veut plus précise, plus juste, pour mieux nourrir la prière de tous » explique la fiche éditée par le diocèse de Paris à l’occasion de cette modification.

Dans cette demande, nous réclamons à Dieu qu’il nous garde aujourd’hui de ne pas tomber dans le piège de la tentation , de ne pas prendre le chemin qui conduit au péché. Qu’est-ce que la tentation ? Dans le langage courant, influencé par la publicité, elle signifie un désir impulsif auquel il est agréable de céder, même si c’est un peu déraisonnable. Dans la vie morale, la tentation met à l’épreuve notre fidélité à une loi par l’attrait du fruit défendu. Nous transgressons un interdit parce que l’objet de l’interdit nous apparaît comme « bon, séduisant à voir, désirable  » (Gn 3, 6), alors que, en réalité, son fruit est la mort » » ( CEC n° 28 46) . Pour s’en sortir, nous demandons donc à Dieu de nous donner son Esprit de discernement et de force. Le discernement démasque le mensonge  de la tentation. Mais, il faut nous rassurer . « Dieu est fidèle ; il ne permettra pas que nous soyons tentés au-delà de nos forces. Avec la tentation, il nous donnera le moyen d’en sortir et la force de la supporter » (1Co 10, 13).

Père Jocelyn PETITFILS

Une réflexion au sujet de « Du changement dans la prière du Notre Père »

  1. Pourquoi ne parleriez-vous pas une fois des magnifiques prières contenues dans « Le Message Retrouvé » de Louis Cattiaux (Editions Beya) ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*