Mieux vaut être une vraie croyante qu’une fausse sceptique !

Le 1er novembre, nous allons rendre grâce avec toute l’Eglise de tous les saints qu’elle a engendrée. L’Eglise a suscité en son sein une multitude d’images du Christ, certes toujours partielles, toujours incomplètes, mais toujours lumineuses, reflétant la source de toute lumière. L’Eglise, elle-même est sainte. Nous l’affirmons chaque dimanche dans le Credo. En effet, « l’Eglise est sainte, non parce que tous ses membres sont saints mais parce que Dieu est saint et qu’il agit en elle. Tous les membres de l’Eglise sont sanctifiés dans le baptême » (Youcat n°132). Oui, Dieu donne sa grâce à chaque baptisé même s’il semble encore loin de croire en vérité et de mettre en pratique entièrement sa foi. Si chaque baptisé accueille le cadeau de la foi, il pourra peu à peu répondre à sa vocation fondamentale d’être un tabernacle d’amour toujours ouvert, une louange à Dieu. Nous portons Dieu en notre être, et cela devrait sans cesse nous étonner, nous émerveiller. « Bien tard je t’ai aimée, ô beauté si ancienne et si nouvelle, bien tard je t’ai aimée ! Et voici que tu étais au-dedans, et moi au-dehors et c’est là que je te cherchais » s’exclame saint Augustin dans le chef d’œuvre que sont ses Confessions, qu’il faudrait avoir lu au moins une fois dans sa vie.

Une figure de sainteté récemment canonisée témoigne de manière exemplaire de cette vérité qu’est la présence à Dieu en nous : sainte Elizabeth de la Trinité. Le 16 octobre dernier, le Pape François a reconnu en elle une vraie fille de Dieu. Née en 1880 et morte religieuse carmélite à Dijon en 1906, sa vie fut un véritable chant d’amour, qui peu à peu sut maîtriser sa nature colérique. De la méditation de son prénom (qui signifie « Maison de Dieu »), elle comprit qu’ « à travers tout, nous Le voyons, car nous Le portons en nous et notre vie est un ciel anticipé » (L 123). « C’est si simple. Il est toujours avec nous, soyez toujours avec Lui, à travers toutes vos actions, dans vos souffrances, quand votre corps est brisé, demeurez sous son regard, voyez le présent, vivant en votre âme ». Dans ces jours bénis, que la joie des saints se communique à nous et nous fasse demeurer en présence de la Trinité. Amen! Alléluia !

Père Jocelyn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*