Archives de catégorie : Paroisse missionnaire

Le Grand Week-End en images

Le Grand Week-End des 26-27 mai a vu se rassembler la paroisse pour accueillir et aller à la rencontre des habitants du quartier.

Un moment d’annonce de la Bonne Nouvelle, fraternel, festif et priant.

Avec en toile de fond une installation dans l’église représentant les langues de feu descendues sur les apôtres ainsi qu’une braderie de vêtements et de livres d’occasion.

26-27 mai, week-end à la rencontre des habitants du quartier

Les 26-27 mai, la paroisse se met en état d’accueil et de sortie.

À l’occasion de la braderie de printemps où viendront un certain nombre de personnes que nous ne connaissons pas, et à l’occasion de la fête de la Pentecôte et du don de l’Esprit Saint, nous voulons annoncer la Bonne Nouvelle de l’Evangile aux personnes qui nous entourent. Nous bénéficions aussi pour cela de la fête des voisins qui tombe cette année le vendredi 25 mai.

L’équipe de la Mission Paroissiale a donc organisé un programme qui doit nous permettre d’intéresser nos contemporains pour partir à leur rencontre et le leur proposer, et ensuite accueillir ceux qui viendront.

Dans l’église, dés la veille de la Pentecôte, sera construite une « installation », au sens artistique du terme, destinée à rappeler les langues de feu qui manifestèrent le don de l’Esprit Saint aux apôtres.

D’autre part, le samedi soir, un barbecue suivi d’une soirée « pop-louange » avec témoignages et prière devra permettre aux personnes de se tourner vers le Seigneur et de recevoir sa grâce.

La soirée se prolongera par la nuit d’adoration habituelle, jusqu’à 8h le dimanche.

A nous à faire connaître, dans un premier temps, ce week-end qui ne manque pas d’attrait, puis d’accueillir les personnes qui viendront et les introduire à la grâce du lieu (une église) et du moment (à une semaine de la Pentecôte).

Nous espérons que vous tous, fidèles de Saint Joseph Artisan, apprécierez ce week-end et que vous vous engagerez avec l’équipe de la Mission Paroissiale pour rencontrer nos frères en humanité et les aider à rencontrer le Christ.

➡ Pour servir à ce week-end, vous pouvez vous inscrire en ligne, ou bien sur les tableaux à l’entrée de l’église.

Avec la participation de l’EMI.

 

 

 

Une retraite pour le carême

La retraite « disciple missionnaire ».

C’EST LE COEUR DE JÉSUS dont les apôtres ont besoin. La bonne volonté et l’action sont en effet au service du Règne de Dieu qui est union au Christ. Elle est donc l’oeuvre de Dieu qui se révèle aux personnes et les sanctifie pour vivre en elles.

Durant ce temps de carême, quel meilleur effort de conversion que de vouloir accueillir le Coeur du Christ qui aime, qui désire, qui veut le salut de tout homme ? Entrer dans ses desseins, se laisser pénétrer par sa sagesse, n’est-ce pas ce qu’Il souhaite pour chacun de nous ?

L’histoire de l’évangélisation commence au terme du mystère pascal, le jour de la Pentecôte où les apôtres sortirent pour annoncer la Bonne Nouvelle. Il ne leur donnait pas seulement de l’audace, il leur donnait de parler la langue des hommes, celle qui est comprise universellement : la langue du coeur, lui qui connaît le fond des coeurs. Leurs auditeurs eurent le « coeur bouleversé » (Actes 2, 37).

L’Esprit Saint n’avait pas fait des apôtres des conquérants mais il avait changé leur coeur.  Désormais, leur langue était de feu. Elle portait le feu de l’Amour de Dieu qui brillait sur la face du Christ et éclairait désormais leur visage. Or l’Amour est le plus grand conquérant. Il veut toujours investir de nouvelles personnes. Comme des brindilles dans un brasier, Il embrase les coeurs les plus secs et les plus éloignés.

Nous avons déjà reçu cette grâce et il nous faut toujours la recevoir davantage. Nous la demanderons durant cette retraite. Dans le silence, la paix et l’humilié, qu’il nous apprenne à aimer comme il aime.

Père Jean-Pierre Durand

En savoir plus sur la retraite

note-de-musiqueJésus, toi qui as promis d’envoyer l’Esprit à ceux qui te prient

Ô Dieu, pour porter au monde ton feu, voici l’offrande de nos vies.

Partir en mission, c’est entrer dans la joie de l’Esprit Saint. 

Lorsque Jésus envoya les 72 disciples en mission (Luc 10), ceux-ci devaient se demander par quels moyens ils pourraient remplir une tâche si difficile : préparer la venue du Seigneur dans toutes les localités et villages où il se rendrait. N’était-ce pas hors de leur portée ? De plus, Jésus les prévint de n’emporter ni argent ni sandales et que de surcroît ils partaient comme des agneaux au milieu des loups ! Pauvreté de moyens et hostilité. Mais ils revinrent tout joyeux, nous dit saint Luc (10, 17) car ils avaient vu Dieu à l’oeuvre avec eux. En fait, leur mission avait surtout manifesté la seigneurie du Christ qui n’a de cesse que son Royaume s’étende. Et Jésus lui-même « tressaillit de joie sous l’action de l’Esprit Saint et dit : « Je te bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, d’avoir caché cela aux sages et aux intelligents et de l’avoir révélé aux tout-petits » (Lc 10, 21).

Le pape François a renouvelé l’envoi en mission de tous les fidèles par l’exhortation apostolique « La joie de l’évangile » avec ces mots : « Ne nous laissons pas voler la joie de l’évangélisation » (n° 83).

L’évangélisation fait partie de notre nature de baptisés. La mettre en oeuvre, c’est donc déployer une partie de notre être chrétien, vivre plus pleinement de la grâce de Dieu qui est la Vie.

Le 19 septembre 2015, Monseigneur André Vingt-Trois s’adressait aux conseils pastoraux des paroisses : « Cette année, je vous propose de prolonger l’action des dernières années par un programme de mission de trois ans : 2015-2018. Ces trois années comporteront trois pistes d’engagement missionnaire parmi lesquels vous choisirez celui ou ceux qui correspondent le mieux à l’histoire de votre communauté, à sa situation actuelle et aux besoins des hommes et des femmes de vos quartiers. Ces trois pistes… peuvent s’exprimer par trois verbes : ANNONCER, PARTAGER, TRANSMETTRE. »

Dans ce quartier particulièrement marqué par la présence des non-chrétiens, où nous avons pris une certaine habitude de sortir, ne serait-ce que pour exister, et après en avoir depuis longtemps parlé en conseil pastoral, il m’a semblé, dans la prière, que le Seigneur nous envoie en mission et également que notre paroisse avait à accentuer sa dynamique missionnaire.

En recevant cette lettre aujourd’hui prenez ces paroles pour vous. Parce que vous êtes un baptisé pratiquant et d’autant plus si vous êtes déjà engagé dans une activité d’église, je vous appelle à prendre part à cette mission paroissiale. On a tous autre chose à faire. Mais la vie du Christ, je le crois, passe pour nous aujourd’hui par le fait d’annoncer la Bonne Nouvelle. Les signes des temps nous le montrent. Ne ratons pas l’occasion. Le Seigneur, nos frères non-croyants et la paroisse ont besoin de vous. Nous irons durant cette mission à la rencontre des mille et un visages du quartier. Cette semaine de mobilisation va vous y préparer. Venez partager la joie de coopérer à l’oeuvre de Dieu dans l’évangélisation.

Père Jean-Pierre Durand

8 février : La retraite « disciple missionnaire »

Partir en mission, c’est entrer dans la joie de l’Esprit Saint.

Lorsque Jésus envoya les 72 disciples en mission (Luc 10), ceux-ci devaient se demander par quels moyens ils pourraient remplir une tâche si difficile : préparer la venue du Seigneur dans toutes les localités et villages où il se rendrait. N’était-ce pas hors de leur portée ? De plus, Jésus les prévint de n’emporter ni argent ni sandales et que de surcroît ils partaient comme des agneaux au milieu des loups ! Pauvreté de moyens et hostilité. Mais ils revinrent tout joyeux, nous dit saint Luc (10, 17) car ils avaient vu Dieu à l’oeuvre avec eux. En fait, leur mission avait surtout manifesté la seigneurie du Christ qui n’a de cesse que son Royaume s’étende. Et Jésus lui-même « tressaillit de joie sous l’action de l’Esprit Saint et dit : « Je te bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, d’avoir caché cela aux sages et aux intelligents et de l’avoir révélé aux tout-petits » (Lc 10, 21).

Le pape François a renouvelé l’envoi en mission de tous les fidèles par l’exhortation apostolique « La joie de l’évangile » avec ces mots : « Ne nous laissons pas voler la joie de l’évangélisation » (n° 83).

L’évangélisation fait partie de notre nature de baptisés. La mettre en oeuvre, c’est donc déployer une partie de notre être chrétien, vivre plus pleinement de la grâce de Dieu qui est la Vie.

Le 19 septembre 2015, Monseigneur André Vingt-Trois s’adressait aux conseils pastoraux des paroisses : « Cette année, je vous propose de prolonger l’action des dernières années par un programme de mission de trois ans : 2015-2018. Ces trois années comporteront trois pistes d’engagement missionnaire parmi lesquels vous choisirez celui ou ceux qui correspondent le mieux à l’histoire de votre communauté, à sa situation actuelle et aux besoins des hommes et des femmes de vos quartiers. Ces trois pistes… peuvent s’exprimer par trois verbes : ANNONCER, PARTAGER, TRANSMETTRE. »

Dans ce quartier particulièrement marqué par la présence des non-chrétiens, où nous avons pris une certaine habitude de sortir, ne serait-ce que pour exister, et après en avoir depuis longtemps parlé en conseil pastoral, il m’a semblé, dans la prière, que le Seigneur nous envoie en mission et également que notre paroisse avait à accentuer sa dynamique missionnaire.

En recevant cette lettre aujourd’hui prenez ces paroles pour vous. Parce que vous êtes un baptisé pratiquant et d’autant plus si vous êtes déjà engagé dans une activité d’église, je vous appelle à prendre part à cette mission paroissiale. On a tous autre chose à faire. Mais la vie du Christ, je le crois, passe pour nous aujourd’hui par le fait d’annoncer la Bonne Nouvelle. Les signes des temps nous le montrent. Ne ratons pas l’occasion. Le Seigneur, nos frères non-croyants et la paroisse ont besoin de vous. Nous irons durant cette mission à la rencontre des mille et un visages du quartier. Cette semaine de mobilisation va vous y préparer. Venez partager la joie de coopérer à l’oeuvre de Dieu dans l’évangélisation.

Père Jean-Pierre Durand

Voir la semaine de préparation à la mission

Reportage photos sur la sortie à Tours du 11 novembre 2017

Le 11 novembre 2017, la paroisse a vécu une sortie à Tours. En cette année tournée vers la mission, nous sommes allé demander l’aide au grand saint évangélisateur des Gaules, Saint Martin, ancien évêque de Tours, ayant vécu au IVè siècle. Nous avons tout d’abord découvert la vie du saint grâce au P. Geoffroy Huygues-Despointes, spécialiste du sujet. Puis, nous avons célébré la messe et prié la prière pour la mission auprès du tombeau du saint à la basilique Saint Martin de Tours.

img_7994-2 La basilique St Martin.

img_7992-2

img_8002-3

Ce vitrail provient de la cathédrale de Tours que nous avons visité ensuite. Il représente le saint dans son attitude la plus connue : le partage de son manteau à un pauvre qui était le Christ. Toute sa vie de disciple missionnaire est résumée dans cette image bouleversante.

img_8039-2 La cathédrale St-Gatien.

tllc013-saintmartin-150731-8886_1_1400_400

Chose improbable, en visitant la cathédrale, nous avons eu l’heureuse surprise de voir que notre quartier était représenté sur un de ses vitraux ! En effet, un vitrail moderne de la cathédrale représente les tentes des sdf (en orange sur le vitrail) disposées sur le canal Saint-Martin à Paris, en 2006 grâce à l’action caritative  de l’association Don Quichotte pour protéger du froid ces personnes durant l’hiver.

img_8045-2

Enfin, nous sommes allés nous recueillir à l’oratoire de la Sainte-Face, haut-lieu spirituel de Tours, vénérant, grâce à la dévotion de M. Dupont, la Sainte-Face du Christ supplicié qui eut un grand retentissement à travers la France et le monde au XIX et XXè siècle dans le grand mouvement spirituel de la réparation des souffrances du Christ qui anima cette période.

img_8049-2

Gloire à Toi Seigneur pour cette journée bénie ! Envoie-nous en mission évangéliser notre quartier à ta suite et à la suite de saint Martin, patron de la France !

10. La journée de formation pastorale

Il nous a été donné de vivre un temps fort le samedi 7 octobre, avec l’EMI qui dispensait une très riche journée de formation pastorale à laquelle les membres du conseil pastoral, les responsables des principales activités de la paroisse et quelques paroissiens ont participé (plus de vingt personnes).

Plusieurs thèmes ont été abordés :

  • Devenir des disciples missionnaires. Transmettre la Bonne Nouvelle nécessite en effet un coeur de pasteur à l’égard de tous les hommes. Le Christ, par sa relation privilégiée avec ses apôtres, les a formé en ce sens. Il reste notre modèle pour conduire les fidèles à devenir apôtres du Seigneur.
  • Une réflexion sur les activités paroissiales. Les actions que nous menons ne peuvent être simplement le produit des opportunités ou des désirs de chacun. Comment permettent-elles de faire avancer les personnes sur le long terme ? Comment répondent-elles aux besoins du quartier ? Comment correspondent-elles aux charismes donnés par le Seigneur aux paroissiens ? Quel fruit portent-elles ?
  • Réfléchir à une vision pastorale. Pour donner un but, un élan, rassembler, il est nécessaire d’expliciter l’orientation pastorale de la paroisse. Son élaboration, nécessairement lente, est un travail qui portera ensuite des fruits.

➡️ À la suite de ces réflexions et de l’observation de la paroisse par l’EMI, nous travaillerons, cette année, au Conseil Pastoral, à l’évaluation des différentes activités paroissiales et à l’élaboration d’une vision pastorale pour les prochaines années.

Père Jean-Pierre Durand

9. L’observation de la paroisse par l’EMI

L’EMI (Equipe Missionnaire Itinérante) qui nous coach pour cette mission paroissiale, est venue découvrir la paroisse du 4 au 6 octobre.

Ils nous laissent leurs impressions :

A la suite de notre séjour pour découvrir votre belle paroisse, nous avons travaillé en équipe pour vous communiquer nos impressions, ce que nous résumons ici en 3 points : 

1 – Forces paroissiales existantes 

2 – Un tournant à saisir 

3 – Éléments pour une vision 

1 – Forces existantes 

Tous les membres de notre EMI ont été heureux de votre accueil mais davantage encore des nombreuses potentialités de votre paroisse : 

– Achat récent d’une ‘vitrine’ donnant sur la rue (dont certaines finalités restent à préciser). 

– Votre cour intérieure est une petite oasis chrétienne dans ce quartier animé. 

– Les différentes facettes de votre quartier en font une véritable terre de mission parmi lesquelles il vous faudra choisir. 

– À la suite des nouveaux horaires, le nombre des messalisants est en croissance. 

– Catéchisme et aumônerie touchent de nombreux enfants, ce qui permet, à travers eux, d’atteindre leurs parents. 

– De même la présence des soeurs [Servantes de Pauvres] et du Rocher favorise le rayonnement de la paroisse au sein du quartier, et ce, tout au long de l’année. 

– Le repas du dimanche et les Journées d’Amitié constituent de vrais lieux de convivialité au sein de la paroisse. 

– Le sondage interne effectué témoigne d’un désir fréquent chez les paroissiens de voir bouger leur paroisse et a manifesté leurs attentes personnelles. 

– Votre équipe noyau est très prometteuse, et le sera davantage quand vous aurez défini une vision commune. 

Tous les paroissiens rencontrés ne semblent toutefois pas conscients de ces atouts que nous avons constatés et qui nous ont réjouis. 

La mission ne pourrait-elle pas aider les paroissiens à en prendre conscience ? 

2 – Un tournant à saisir 

Votre mise en mission, le sondage effectué, la visite récente du Cardinal… nous semblent autant d’éléments significatifs témoignant que vous vous trouvez à une étape charnière pour la paroisse ; elle attend, nous semble-t-il, un nouvel élan pour passer un cap. 

Dans cette optique, il paraît clair que le contact avec le quartier devrait être à conservé et même développé : il y aurait un danger pour les paroissiens à ‘rester entre eux’ dans une attitude timorée par rapport aux changements démographiques et sociaux des dernières décennies. 

3 – Éléments pour une vision pastorale

Ce qui suit constitue des pistes possibles, soumises à votre discernement et approbation. Nous tenons simplement à distinguer ici ce qu’est une première vision pastorale des moyens et outils pour sa mise en œuvre. 

– Ce quartier en mutation nous a semblé souvent subi par les paroissiens (drogue, violence…) : ceci ne peut-il pas être transformé en appel ? 

– Pourquoi ne pas choisir de devenir ensemble un instrument de compassion et d’annonce de l’Évangile pour les habitants du quartier ? Par surcroît, cette vision s’appuie sur une réalité existante : la présence de la chapelle Notre-Dame-des-Malades et de sa statue dans votre cour intérieure. 

La mission ne pourrait-elle avoir comme finalité que chaque paroissien devienne progressivement convaincu de cette vision et apporte sa pierre à cette œuvre commune ? 

La chapelle Notre Dame des Malades pourrait ainsi trouver sa vocation de sanctuaire de la compassion/miséricorde pour le quartier et même plus largement. 

La personne de saint Joseph et son charisme pourraient aussi être intégrés dans cette recherche d’une vision, allant d’un regard chrétien posé sur le quartier à la Bonne Nouvelle du salut. Il y a là pour le moins une authentique piété populaire à accueillir, faire grandir et éduquer. 

Remarque complémentaire : dans votre façon d’inviter, de travailler et d’envisager la mission, il nous semble important d’intégrer toutes les composantes de la paroisse pour continuer à construire l’unité. 

 

8. Vos réponses au sondage du 17 septembre (suite)

Dépouillement du sondage

Le 17 septembre, après l’homélie, nous vous faisions remplir un questionnaire sur la mission paroissiale pour mieux vous connaître. Les trois premières questions ont été rapportées dans la newsletter du 28 octobre. Voici la synthèse de vos réponse pour la dernière question :

Question 4 – Quelle paroisse Idéale aimeriez-vous trouver ?

Un lieu où on se croise davantage autour de projets communs – Une paroisse ouverte à tous, joyeuse visible, accueillante, conviviale qui ferait plusieurs activités en dehors ou même au sein de la paroisse au service des hommes.

Les mots clés qui reviennent le plus souvent dans les réponses sont les suivants :

Fraternité, Accueil, Convivialité, Écoute.

Nous avons également identifié un grand besoin de Partage et Guérison des relations au sein de notre communauté paroissiale.
Vos réponses nous renforcent également dans la conviction de continuer à construire « la Maison » en tant que « Famille ».
Nous sommes enfin heureux d’avoir constaté que beaucoup de paroissiens trouvent la paroisse déjà accueillante et fraternelle.

Propositions autour de la notion d’accueil et de rayonnement
– Organiser des évènements (conférences, témoignages)
– Investir l’espace de la cour de l’église pour des moments paroissiaux
– Aller aux périphéries comme l’invite le Pape François.
– Chanter ensemble. Une chorale paroissiale multiculturelle – Plus de vivacité dans les chants (chorale, percussion – instruments de musique)
– Créer un groupe de prière
– Informer régulièrement des évènements à venir à la fin des messes
– Proposer des servantes de messe filles
– Accueillir des divorcés remariés sous forme de partage – témoignages
– Proposer des homélies qui nourrissent et qui aident à vivre l’évangile dans la semaine
– Accueillir des non-chrétiens qui ne savent pas comment ou quoi faire en entrant dans une église
– Créer une permanence d’écoute pour les personnes en difficultés
– Favoriser les moments pour se connaitre : apéros, petits groupes mélangés à dessein pour se connaitre
– Des journées de l’amitié plus fréquemment (une autre au printemps par exemple)
– Permettre aux femmes de pouvoir accéder au sacerdoce
– Améliorer la solidarité, l’entraide et le partage
– Offrir des temps de réflexion
– Pouvoir participer à la réflexion et à l’évaluation des actions et pas seulement aux actions, où les délégations sont claires, où le curé dit ce qu’il fait et fait ce qu’il dit
– Créer un groupe pour le « recommençant »

Propositions pratiques
– Un écran avec les paroles pour que tout le monde puisse participer à la messe
– Améliorer la lecture et proposer aux ados de lire
– Aider plus les personnes démunies (vêtements, repas…) Ne pas chasser une personne sans abris assise devant l’accueil pendant la journée
– Avoir l’exposition du St Sacrement après la messe
– Création de petites fraternités de rencontre et d’étude dans différents quartiers
– Une meilleure sono
– Voir plus de personnes aux services (lectures, distribution des feuilles, processions. Associer les nouveaux à ces petits services
– Créer une bibliothèque pour donner en prêt des livres
– Adapter la décoration, préparation du chœur en fonction de la liturgie (fleurs, drapés, affiches…)