Tous les articles par Jocelyn Petitfils

Jean Vanier, prophète de la fraternité

J’ai eu la grâce de rencontrer personnellement Jean Vanier il y a une dizaine d’année. Je garde de ce moment une impression singulière. Je n’étais pas le seul à le saluer ce jour-là. Je me souviens qu’à chacun, il manifesta une amabilité très profonde. Pour moi, c’était comme s’il me connaissait depuis toujours, comme si on était des vieux amis.

La qualité de la présence et l’amour pour chacun sans distinction sont des traits spécifiques qui ont marqué toute sa vie. Jean Vanier s’est éteint dans la nuit du 6 au 7 mai. Il fait partie de ces quelques personnes qui ont aidé à transformer la face de la terre. En 1963, âgé de 35 ans, sa rencontre avec deux personnes dans un asile psychiatrique en France, près de la forêt de Compiègne, va changer son existence. Devant la dureté de leur condition de vie, et leur cri de détresse, il décide d’acheter une maison à proximité et de les accueillir pour vivre une expérience de vie commune sans vraiment de plan préétabli à l’avance. Il raconte : « au fond, ils voulaient un ami. Ils ne voulaient pas d’abord mes connaissances, mes capacités de faire des choses, mais mon cœur et mon être ». Très rapidement, des personnes le rejoignent et des nouvelles maisons se lancent. La communauté de l’Arche est née. Elle consiste à vivre une vie commune entre personnes porteuses de handicap mental et des personnes appelées « assistantes » qui les accompagnent.  En 2019, elle rassemble 10 000 membres vivants dans 152 communautés réparties sur tous les continents et où l’on respire un esprit très éloigné de la loi de la performance et de la concurrence débridées. Je peux en témoigner en ayant vécu un mois lumineux dans une de ces communautés. « Le plus pauvre a un pouvoir extraordinaire de guérir certaines blessures de nos cœurs » dira-t-il.

Fervent catholique, Jean Vanier ne va pas cesser de sillonner le monde pour défendre la beauté et la dignité de la vie vulnérable à travers conférences et livres mais en ne délaissant pas sa vie de proximité avec sa communauté de l’Oise. Dans Jésus vulnérable, un de ses livres, il témoigne : « Le risque, c’est de croire que nous sommes quelqu’un parce que nous faisons des choses. Il est vrai que nous savons faire des choses importantes. Nous avons du mal à accepter notre personne profonde, cachée derrière le besoin de prouver quelque chose. Il nous faut découvrir que nous sommes aimés tels que nous sommes. Et c’est le mystère de Dieu. Il se révèle à nous pour nous dire: « Je t’aime comme tu es » ».

Père Jocelyn PETITFILS

Aimer la Croix du Christ

Début février, les médias ont recensé plusieurs profanations d’églises en France. A Nîmes, des délinquants ont dessiné une croix avec des excréments sur un mur, un tabernacle a été cassé et des hosties consacrées dispersées sur le sol. Dans le Tarn, un jeune a tordu le bras d’un Christ en croix pour lui faire un « DAB », un geste hip hop. Ce n’est malheureusement pas des faits rares. En France, en moyenne, on recense deux attaques d’églises par jour. Le Christ continue de souffrir encore aujourd’hui. On le constate depuis 2000 ans : beaucoup d’hommes ne peuvent supporter la croix de Jésus. Les témoins de Jéhovah affirment que Jésus – qui pour eux, n’est pas Dieu – n’est pas mort sur une croix mais sur un poteau. Dans les pays islamiques, la Croix-Rouge est obligée de repeindre ses ambulances pour cacher la croix. A Paris, des citoyens musulmans avaient demandé à M. Delanoë qu’on supprime les croix vertes des pharmacies. Le Coran n’a gardé que deux articles du credo chrétien : Jésus est bien né de la Vierge Marie et c’est lui qui viendra juger les vivants et les morts. Mais il y est dit que Jésus a été enlevé au Ciel juste avant qu’un autre ne soit crucifié à sa place, soit Simon de Cyrène, soit Judas.

Or, bien qu’étant Dieu, Jésus a bien souffert dans sa chair, a été moqué, accusé à tort, passé à tabac, flagellé, giflé, couvert de crachats, et est bien mort sur une croix. La Semaine sainte est l’occasion privilégiée pour méditer sur ce mystère inouï. Les rues de Paris vont voir défiler les chemins de croix paroissiaux.

Vivre un chemin de croix est toujours une expérience libérante. En effet, communier aux souffrances du Christ nous permet de sentir que nous ne vivons jamais seuls nos souffrances quotidiennes. Oui, Jésus n’est pas indifférent à nos misères. Il est parfaitement compatissant. Et il le prouve par sa croix. Le secret de sa gloire se trouve dans son abaissement : « il s’est abaissé devenant obéissant jusqu’à la mort, à la mort sur une croix » (Ph 2,8). Contempler l’abaissement de l’Innocent suscite en nous la pitié pour Dieu et l’accueil de son amour absolu pour nous. Il guérit notre désobéissance. Voilà jusqu’où va la folie de l’amour de Dieu, voilà jusqu’où est capable celui qui est la source de notre vie et l’origine de notre résurrection. « La doctrine de la croix est une folie pour ceux qui périssent ; mais pour nous qui sommes sauvés, elle est force divine »  (1 Corinthiens 1,17). Sûr de cette vérité, comment alors rejeter le trésor de notre salut, comment éviter ce spectacle régénérant ?

 

Père Jocelyn PETITFILS

Lettre de saint Joseph du 29 mars 2019

2 semaines à la paroisse :

Vendredi 29 mars :

  • Chemin de croix à 19h
  • Préparation du baptême des bébés à 20h30
  • Canal jeunes lycéens : nuit des témoins à Notre-Dame de Paris
  • Concert 10 de Choeur à 20h dans l’église

Dimanche 31 mars :

  • Préparation du baptême des bébés à 9h30
  • Confessions de 10h à 11h dans l’église St Joseph
  • Messe de 11h avec le 2è scrutins des catéchumènes baptisés à Pâques 2019
  • Préparation à la confirmation pour les collégiens de Canal jeunes à 15h
  • Concert d’Eric Van Lauwe à 14h dans l’église

Jeudi 4 avril : Soirée Saint Joseph de 20h30 à 22h.

Vendredi 5 avril : Chemin de croix à 19h.

Samedi 6 avril : Messe anniversaire du Vénérable Frère Alpert à 18h.

Dimanche 7 avril :

  • Confessions de 10h à 11h dans l’église St Joseph
  • Messe de 11h avec les 3è scrutins des catéchumènes baptisés à Pâques
  • Sortie Canal Jeunes en forêt de Chantilly après la messe de 11h.
  • Baptêmes de Camille DANIEL et de Goswill MOUSSA à 12h15.

Vendredi 12 avril :

  • Chemin de croix à 19h
  • Préparation à la confirmation adulte à 20h30

Samedi 13 avril :

  • Eveil à la foi de 10h30 à 11h30
  • Messe anticipée des Rameaux à 18h
  • Réunion des servants d’autel à 19h.

Dimanche 14 avril :

  • Messe des Rameaux à 9h30 (ND des malades) et 11h.
  • Confessions de 10h à 11h à l’église saint Joseph.
  • Concert Senza Sordini (Beethoven, Brahms) à 16h.

_____________________

Messe anniversaire du Vénérable Frère Alpert

L’église saint Joseph abrite le tombeau du vénérable Frère Alpert qui a oeuvré dans le quartier auprès des enfants et adolescents de manière exemplaire. Son procès de canonisation est en cours. Chaque année, une messe célèbre sa mémoire. Cette année, plusieurs démarches sont proposées pour demander à l’Eglise sa béatification :

1. Démarrage de la neuvaine pour la béatification du Fr. Alpert du 06/04 au 14/04. Commencement lors de la messe pour le fr. Alpert du 06/04 à 18h.
2. Distribution des biographies et prières à la sortie
3. Chaîne de prière  (chez soi) pour la béatification du frère Alpert. Soutenus par le bulletin et les prières des images et dépliants.
________________________

Session à Paray le Monial

Comme chaque année Le Rocher, Oasis des Cités nous invite à participer à la session de Paray le Monial du 30 juillet au 4 août.

Voyage en bus, possibilité de logement sur place.

Inscriptions auprès du Rocher Suivre le lien

_______________

Groupe de prière des mères (projet)

Une mère de famille de la paroisse se propose de lancer un groupe de prière des mères chez elle. Celles qui seraient intéressées peuvent contacter Mme Hélène Laroche au 07 70 39 64 06.

_________________
Dans le diocèse

Chaque dimanche, conférence de Carême par le Père Guillaume de Menthière à Notre-Dame de Paris à 16h30, adoration à 17h15, vêpres à 17h45, messe à 18h30.

Rediffusions en direct à 16h30 sur KTO télévision et France Culture ; en différé à 19h45 sur Radio Notre Dame et à 21h sur RCF.

Dimanche 31 mars : L’Eucharistie, mystère total

______________________

A noter dans l’agenda :

Braderie de printemps samedi 25 et dimanche 26 mai

HORAIRES SEMAINE SAINTE 2019

Rameaux

Messes anticipée à 18h le samedi 13/04, 9h30 (ND des malades) et 11h le dimanche14 avril.

Semaine sainte

Lundi saint

Messe à 18h30

Mardi saint

Messe à 12h15 et 18h30

Mercredi saint

Messe à 12h15 (pas de messe à 18h30 ni d’adoration jusqu’à 20h)

Messe chrismale à 18h30 à la cathédrale Notre-Dame de Paris

Jeudi saint

Office des ténèbres à 7h45

Sainte Cène à 19h30 (confessions pendant une heure au reposoir après l’office)

Vendredi saint

Office des ténèbres à 7h45

Chemin de croix dans la rue 12h15 et dans l’église 16h pour les enfants

Office de la Passion à 19h30.

Samedi saint

Office des ténèbres à 9h

Pâques

Vigile pascale à 21h le samedi 21 avril

Dimanche de Pâques : 9h30 (ND des malades) et 11h.

Saint André Bessette, un ami de saint Joseph

Le 19 mars, nous célébrerons la fête de saint Joseph, époux de Marie. C’est le moment d’honorer notre saint patron ! A cette occasion deux messes solennelles et une veillée de prière ponctueront la journée. Il s’agit d’un grand événement pour notre église car de nombreux pèlerins viendront spécialement ce jour-là. Durant la soirée, il sera proposé pour la première fois la démarche de recevoir sur le front une onction d’huile, une huile qui provient du plus grand sanctuaire consacré à lui du monde à Montréal au Canada et qui y brûle devant la statue du saint. Cette initiative vient de saint André Bessette (1845-1937). J’ai fait la découverte de ce saint, fidèle ami de saint Joseph, il y a peu et j’avoue qu’il mériterait d’être bien plus connu. C’est vrai qu’il a été canonisé récemment, en 2010, par Benoit XVI.

Il est considéré comme l’homme religieux le plus célèbre du Québec. C’est une magnifique figure de sainteté car l’œuvre de Dieu y éclate pour la simple raison qu’il était dépourvu de talent humain. Petit de taille, malade chronique, illettré, de nature simple, n’étant à l’aise dans aucun travail, il a connu jeune l’épreuve de la mort de ses parents. Mais, le Seigneur l’a choisi pour faire fructifier ses dons et le montrer au monde. Adolescent et adulte, il tente d’exercer divers métiers sans jamais réussir à trouver sa voie.

Finalement, à 25 ans, il entre dans la congrégation de Sainte-Croix. Ses supérieurs le chargent d’une petite tache, celle de portier d’un collège, qu’il gardera très longtemps. Il en fera une plaisanterie, en disant  qu’à son entrée en communauté on lui a « montré la porte » et qu’il l’a gardée durant presque 40 ans. C’est l’homme à tout faire du collège. Très tôt, dévoré par la prière, il manifeste des dons de thaumaturge par l’intersession de saint Joseph et bientôt la foule viendra le voir à la porte du collège pour obtenir des guérisons qui seront très nombreuses tout au long de sa vie. Il décide de lancer la construction d’une immense basilique dédiée à saint Joseph qui sera érigée avec l’arrivée nombreuse de dons.

A sa mort, à 91 ans, ayant rayonné dans tout le continent américain, 1 million de personnes viendra défiler pendant une semaine pour un dernier hommage à cette figure discrète. Il manifestait une charité sans borne et s’efforçait de soulager les détresses de ceux qui venaient se confier à lui. Il exhortait ainsi : « Ne cherchez pas à vous faire enlever les épreuves, demandez plutôt la grâce de bien les supporter ». Un bon conseil à suivre en ce temps du Carême.

Père Jocelyn PETITFILS

Lettre du 15 février 2019

DEUX SEMAINE SUR LA PAROISSE

Vendredi 15 février Canal jeunes lycéens à 18h
Samedi 16 février
Réunion post-mission paroissiale avec l’EMI 9h45 à 12h en salle Notre-Dame
Rassemblement diocésain des classes de 6è à Notre-Dame de Grâce de Passy de 10h30 au dimanche 17h30.
Dimanche 17 février
• Petit déj des gens de la rue Rendez-vous à 8h15 en salle Notre-Dame
Préparation à la 1ère communion des enfants du caté à 10h
Messe des familles, de Canal Jeunes et des anciens combattants, à 11h présidée par Mgr Benoist de Sinety (notre vicaire général)
Repas paroissial ouvert à 12h30 en présence de Mgr Benoist de Sinety
Réunion des servants d’autel après la messe de 11h.
La sainte miséricorde. Prière pour les défunts à 15h
Confession – Adoration de 17h30 à 19h
Mercredi 20 février
• Aumônerie Canal-Jeunes Rencontre des collégiens de 16h30 à 19h15
Chapelet à 17h45
Catéchuménat à 19h45
Parcours Re-Découverte 4e séance à 20h30
Jeudi 21 février
Confessions de 16h30 à 18h15
Dimanche 24 février
• Petit déj des gens de la rue Rendez-vous à 8h15
Repas paroissial ouvert à 12h30
La sainte miséricorde. Prière pour les défunts à 15h
Confession – Adoration de 17h30 à 19h
Dimanche 3 mars
• Petit déj des gens de la rue Rendez-vous à 8h15
Messe de 11h avec le don du sacrement des malades
Repas paroissial ouvert à 12h30
La sainte miséricorde. Prière pour les défunts à 15h salle Notre-Dame
Confession – Adoration de 17h30 à 19h

________________________

CAREME 2019 : du 7 mars au 20 avril. cliquer ici

____________________

Mois de mars : mois de saint Joseph ! cliquer ici

______________________

Aumônerie des collégiens et lycéens
– Les classes de 6è vont participer à leur premier rassemblement diocésain le samedi 16 février.
– Du 26 février au 2 mars, 6 lycéens de l’aumônerie vont participer à un camp ski dans le Massif de la Chartreuse près de Grenoble avec le Père Jocelyn et trois membres de l’association du Rocher.
Image associée

__________________________

La campagne du denier 2019 est lancée.
Vous allez ou vous avez déjà reçu la lettre de participation au financement de l’église saint Joseph.
Le denier de l’église est une ressource indispensable à la vie de votre paroisse. Il en représente 41% des revenus de fonctionnement.

_______________________
ATTENTION :
Changement d’horaire : le jeudi matin l’adoration eucharistique sera désormais de 8h30 à 9h30 au lieu de 8h à 9h30.

__________________________
Les personnes malades qui souhaiteraient recevoir le sacrement des malades pourront le recevoir lors de la messe de 11h le dimanche 3 mars.
Contactez la paroisse : sjoart@orange.fr ou 01 46 07 92 87.
_______________________________

Déjeuner du dimanche

Tous les dimanches, un déjeuner où chacun peut venir. Il suffit d’apporter un plat pour garnir le buffet.

____________________________

Catéchisme

Première communion : 2e séance de préparation des enfants le dimanche 17 février à 10h.

__________________________

Petits dej des gens de la rue

Tous les dimanches en hiver.

Rendez-vous à 8h15 pour un départ à 8h30.

Suivez le lien

__________________________

Dans le diocèse
Les servants de la paroisse ont participé à la rencontre diocésaine en présence de l’archevêque Mgr Michel Aupetit à l’église saint Roch et à la cathédrale le dimanche 10 février.

_____________________

Projet d’un voyage en Terre Sainte en février 2020 avec la paroisse St Joseph artisan.

Contactez le Père Jocelyn pour ceux qui seraient intéressés.

_______________________

A NOTER DANS L’AGENDA

Mercredi des Cendres le 6 mars.
Mois de Saint Joseph le mois de mars
Dimanche 17 mars : fête de la paroisse
Mardi 19 mars : Fête de Saint Joseph époux de Marie

Carême 2019 : du 7 mars au 20 avril

40 jours, c’est le temps que l’Eglise nous donne pour nous tourner plus résolument vers Dieu pour qu’il nous prépare à recevoir de nombreuses grâces le jour de Pâques, plus grande fête chrétienne de l’année.

Plusieurs moyens sont proposés à cette conversion à la paroisse (en plus de ce qu’elle propose déjà habituellement) :

– Lancement de fraternités de Carême (groupe de 6 personnes) qui se réuniront 3 fois pour partager à domicile à partir d’un enseignement vidéo sur la prière :
 1. prière avec le corps
 2. L’adoration
3. Prier avec la Parole de Dieu
Inscription ici (sans tarder)
Confessions le dimanche de 10h à 11h avant la messe.
– 2 groupes de débat sur la morale sociale à 14h30 les dimanches 10/03 et 07/04
Collecte de Carême :
Pour les Servantes des Pauvres
Pour le CCFD (Comité catholique contre la faim et le développement) le 5e dim. du Carême

Mois de mars : mois de saint Joseph

Le mois de mars est traditionnellement désigné comme le mois de saint Joseph en raison du fait qu’est célébré durant ce mois la solennité de Joseph, époux de Marie. Plusieurs manières de se rapprocher du saint patron de notre église sont proposées :

  • Une méditation par jour : Tout au long du mois de mars, à la fin de chaque messe de semaine, une courte méditation nous permettra d’approfondir un point de la vie de l’humble père nourricier de Jésus.
  • Un geste de prière : nous vous invitons à déposer en ce mois devant la statue de saint Joseph à l’entrée des lys blanc, son symbole de pureté, et spécialement les 17 et 19 mars.

  • Une fête paroissiale dimanche 17 mars.
  • La solennité : le mardi 19 mars, l’Église dans le monde célèbre la saint Joseph époux de Marie.
– Messe à 12h15 et 18h30.
– L’indulgence plénière est accordée en ce jour sous les conditions suivantes :
  1.  établir son âme dans la pleine disposition : être en état de grâce et n’avoir aucune attache au péché même véniel
  2. accomplir l’œuvre indulgenciée : une pieuse (en récitant le Notre Père et le Credo) visite de l’église paroissiale le jour de la solennité
  3. Se confesser ce jour (ou dans les jours suivants), communier et prier aux intentions du Pape.
  • Une veillée de prière et de témoignage le 19 mars à 20h30.
  • Un concert : Jo’s Gospel le 23 Mars à 20h30 dans l’église.

Viva la vie consacrée !

Si on demande à un enfant : « qu’est-ce que l’on fête à la Chandeleur ? », la réponse qui suivra immédiatement sera : « On fête les crêpes ! » En fait, au-delà de la tradition populaire, il s’agit de la fête de la Présentation de l’Enfant-Jésus au Temple 40 jours par ses parents après sa naissance, donc le 2 février. Marie et Joseph respectèrent la prescription juive qui demandait que « tout premier-né mâle soit consacré au Seigneur » (Ex 13,2.11-13). C’est ce jour-là qu’un vieillard, Syméon, poussé par l’Esprit Saint, prophétisa que cet enfant était le salut, la lumière des nations et la gloire pour Israël (Lc 2,30-32). La fête s’appelle la chandeleur parce qu’on y bénit et allume les chandelles lors de la messe pour se rappeler que Jésus est bien notre lumière, « la lumière qui brille dans les ténèbres et que les ténèbres n’ont pas saisi » (Jean 1,5).

Jean-Paul II en 1997 décida d’instaurer le même jour une fête pour les personnes consacrées à Dieu : prêtres, religieux, religieuses, vierges et frères consacrés. Ces personnes ont tellement été bouleversées par la personne du Christ qu’elles ont décidé de l’imiter dans le don de lui-même pour répandre dans le monde son salut. Comme il s’est  livré par amour de Dieu son Père et des hommes jusqu’à l’offrande suprême de la Croix, elles veulent se donner à Lui et tout abonner pour marcher à sa suite. Nous pouvons à cette occasion faire mémoire de toutes les personnes consacrées qui, au cours de notre existence, nous ont montré le chemin de Dieu et sa beauté. On ne mesure pas la richesse de la ville de Paris qui regorge de personnes consacrées à Dieu. Rien que sur le territoire de la paroisse St Joseph, quatre communautés religieuses y résident : les Servantes des pauvres d’Angers qui comptent 10 sœurs qui prient et servent les personnes malades ou fragiles à domicile ou dans leur dispensaire sur le quai Valmy ; les Sœurs de Jésus-Marie qui s’occupent d’un foyer de jeunes étudiantes rue Parodi ; les sœurs de la communauté de Saint-Jean qui prient et servent le Seigneur dans leur travail séculier ; les sœurs de la communauté Aïn Karem qui animent la paroisse Ste Claire d’Assise (Paris XIXè).

Rendons grâce à Dieu pour ces vies données pour apporter au monde la lumière du Christ !

Messire, une nouvelle année de grâce !

Jadis, une heureuse coutume existait en France : faire précéder le numéro de l’année par l’expression « l’an de grâce » comme on entend par exemple au début du fameux film Les visiteurs avec Jacquouille la Fripouille. D’où vient cette expression ? Pourquoi elle n’est plus utilisée ?

Cette expression aurait été utilisée dans les documents officiels dans un sens précis sur une courte période de notre Histoire nationale : entre 1300 environ et 1569. Durant cette époque, la date de début d’année n’était pas encore fixée au 1er janvier mais variait en fonction des régions de France. Soit elle commençait le 25 décembre, jour de la Nativité de Jésus, alors elle prenait le nom d’ « an de grâce ». Soit elle commençait le 1er janvier comme l’avait ordonné le Pape Libère depuis l’an 352, reprenant la décision de Jules César de 46 avant Jésus-Christ selon son calendrier « julien ». Soit enfin, elle commençait le 25 mars, jour de l’Annonciation de Marie par l’Ange Gabriel qu’elle enfanterait le Sauveur, alors elle prenait le nom d’ « an de l’Incarnation » puisqu’il s’agissait de la fête de l’incarnation de Jésus dans le sein de Marie. Il fallut attendre une décision du roi Charles IX de 1569 pour que l’édit du Pape Libère soit finalement respecté et étendu à tout le Royaume de France.

Cette belle expression d’ « année de grâce » est tombée peu à peu en désuétude dans les documents officiels à partir de 1569. Pourtant, elle aurait mérité de subsister tant il est vrai que chaque année que fait le Bon Dieu est une année de grâce. Dieu nous donne une année de plus à vivre et c’est une déjà une joie immense ! Nous pouvons aussi lui rendre grâce pour la nouvelle année pour tout ce qu’il va nous donner comme signes de son amour. Bien sûr, il y aura des épreuves à vivre, des passages difficiles. Mais le simple fait de nous savoir aimés par Lui alors que nous ne le méritons pas, étant pécheurs, devrait nous combler de paix chaque jour.

Par conséquent, si vous me permettez, je souhaite que l’an de grâce 2019 porte bien son nom pour vous et vos proches !

Père Jocelyn Petitfils